Blog

Les matières premières retrouvent du lustre

Les matières premières apparaissent attrayantes dans ce contexte d’inflation soutenue, de déséquilibre persistant entre l’offre et la demande et de rendements par roulement élevés

Les matières premières font généralement belle figure à la fin du cycle d’affaires et durant les périodes de remous mondiaux, offrant une couverture potentielle contre l’inflation et les perturbations. Elles n’ont logiquement procuré que de maigres gains dans la décennie amorcée après la crise financière mondiale, où persistait jusqu’à récemment une faible inflation. L’an dernier, les pénuries provoquées par la pandémie et les sursauts de la demande ont alimenté une hausse de l’indice des prix, de sorte que les matières premières commencent à retrouver du lustre. De plus, les actions et les obligations affichent de nouveau une corrélation positive du fait de l’accélération de l’inflation, autre bonne raison d’augmenter l’exposition aux matières premières. Les trois aspects suivants justifient notre thèse : la faiblesse des stocks de pétrole, les rendements élevés par roulement et la diversification.

Faiblesse des stocks de pétrole : la demande a augmenté du fait de la réouverture de l’économie à la suite de la COVID, sans que l’offre parvienne à rattraper son retard. Ce déséquilibre se ressent plus particulièrement sur les marchés de l’énergie. Les producteurs ont sous-investi dans le forage de nouveaux puits (de schiste et conventionnels), en raison du resserrement des contraintes environnementales et de la faiblesse des rendements. En conséquence, les prix ont flambé. Cette hausse du coût de l’énergie se répercute sur le prix des autres matières premières, comme les métaux de base, dont la production reste très énergivore (mais stratégique pour abandonner les combustibles fossiles), ou le gaz naturel, qui sert à fabriquer les engrais à l’ammoniaque et dont le coût pèse lourd dans le prix des produits agricoles. Pour satisfaire la demande actuelle et future, les producteurs d’énergie devront investir dans de nouvelles capacités de production. À notre avis, ils attendront avant de les faire entrer en service, afin de s’assurer que les prix demeurent élevés.

Rendements élevés par roulement  : la plupart des principaux marchés de matières premières dans ce contexte de faibles stocks se trouvent en situation de déport (lorsque les prix à terme se trouvent inférieurs à ceux au comptant), historiquement l’indicateur le plus fiable des rendements à terme. Le « rendement par roulement » (obtenu en substituant à un contrat à long terme à faible prix un autre à court terme au prix plus élevé) s’élève à plus de 5 % si l’on se fie à l’indice des matières premières Bloomberg, soit au-delà du rendement combiné net en dividendes et rachat d’actions des constituants de l’indice S&P 500. Il s’agit d’un déport après ajustement des taux à court terme inégalé depuis le début des années 2000, avant que s’amorce un supercycle de matières premières. Il est encore un peu tôt pour envisager le même contexte à notre avis, puisque ces hausses de prix finiront également par engendrer une augmentation de l’offre, mais le recours aux matières premières en protection contre le risque d’inflation paraît plus attrayant avec un rendement favorable.

Diversification dans un contexte inflationniste : les matières premières ont historiquement fourni une excellente diversification aux investisseurs, à mesure que le cycle d’affaires progressait et que l’inflation supplantait la croissance comme facteur principal de prix des actifs. Rappelons que les actifs réels, comme les matières premières, ont effectivement représenté en général des couvertures efficaces contre l’inflation, alors que les catégories nominales, comme les actions et les obligations, perdaient de la valeur lorsque l’inflation surprenait à la hausse. Pour une variation inattendue de l’inflation de 1 %, les matières premières ont généralement procuré un rendement excédentaire de plus de 7 %.

Le dernier relèvement des taux directeurs, en 2018, a fait figure d'exception, car les matières premières n’y ont pas fini sur les plus hautes marches. À l’époque, les baisses de coûts provoquées par l’augmentation constante de la production de pétrole de schiste pesaient sur les marchés de matières premières. À notre avis, les tendances historiques ne se démentiront pas cette fois-ci et le cycle haussier de matières premières a commencé. En janvier et en février, les marchés boursiers et obligataires ont fait pâle figure, les investisseurs analysant l’accélération du resserrement monétaire, alors que les indices de matières premières bondissaient de 15 % à 22 %.

Risque géopolitique

C’est dans ce contexte que se déroule la situation russo-ukrainienne. Même si la production énergétique n’a pas été perturbée pour l’instant et que les sanctions ont été prises de façon à ne pas menacer les approvisionnements actuels, les exportations souffrent des préoccupations entourant les questions d’expédition, d’assurance et de crédit. La baisse des matières premières disponibles ne date effectivement pas des sanctions contre les exportations russes, lesquelles devraient en outre limiter les mouvements de capitaux et de technologies à destination des sociétés d’extraction minérale, gazière et pétrolière de la Russie. Nous estimons que ces phénomènes contribuent à l’appréciation à long terme des prix des matériaux et de l’énergie. L’arrêt du nouveau gazoduc germano-russe NordStream 2 contribuera dans un avenir prévisible à prolonger l’essentiel de la volatilité des prix du gaz naturel enregistrée l’an dernier. Un retour du pétrole iranien sur les marchés, dans l’éventualité de la conclusion au cours des semaines prochaines d’un accord sur la question nucléaire, contribuera vraisemblablement à faire baisser le prix du baril, sans pour autant remettre en cause les grandes tendances structurelles.

Conclusion pour les placements

Une hausse de l’exposition des investisseurs aux matières premières se justifie à notre avis parfaitement, alors que la catégorie demeure sous-pondérée dans les portefeuilles ainsi que dans les indices boursiers, relativement aux moyennes historiques. Nous nous attendons par ailleurs à ce qu’une inflation élevée et irrégulière supplante la croissance comme vecteur principal de rendements boursiers et obligataires au cours de l'année en cours, de sorte que les matières premières constituent une précieuse couverture à un portefeuille traditionnel 60/40. Enfin, le déséquilibre actuel entre l’offre et la demande ainsi que l’important potentiel de rendements par roulement signifient que les matières premières retrouvent du lustre.

Greg E. Sharenow et Andrew DeWitt sont des gestionnaires de portefeuille spécialisés dans les matières premières et les actifs réels. Ils contribuent l’un et l’autre au blogue PIMCO

Pour plus d’informations sur les matières premières et l’inflation, veuillez consulter notre page Inflation et taux d’intérêt.


[I] PIMCO, sondage de prévisionnistes professionnels (effectué par la Banque de réserve fédérale de Philadelphie) au 31 décembre 2021.

L'auteur

Greg E. Sharenow

Gestionnaire de portefeuilles

Andrew DeWitt

Portfolio Manager, Commodities

Articles liés

Perspectives Séculaire
Reaching for Resilience

Recherche de résilience

La volatilité, l’inflation et les tensions géopolitiques ont incité les gouvernements comme les entreprises à adopter un positionnement défensif. Nous encourageons les investisseurs à améliorer la résistance de leur portefeuille dans ce monde fragmenté et à tenir compte des risques ainsi que des occasions que nous entrevoyons pour les cinq prochaines années.

Déclarations

Toronto
Corporation PIMCO Canada
199 rue Bay, bureau 2050,
Commerce Court Station
P.O. Box 363
CP 363, Toronto, ON, M5L 1G2,
416.368.3350

PIMCO Canada Corp. (199 rue Bay, bureau 2050, Commerce Court Station, CP 363, Toronto, ON, M5L 1G2) pourrait n’offrir ses services et produits que dans certaines provinces ou dans certains territoires du Canada et uniquement par l’intermédiaire de courtiers autorisés à cette fin. | PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux États-Unis et ailleurs. ©2021, PIMCO.

Tous les placements comportent un risque et peuvent perdre de la valeur. Les matières premières sont exposées à des risques plus élevés, notamment des risques politiques, réglementaires, liés au marché ou aux conditions naturelles. Les instruments dérivés, notamment liés aux matières premières, peuvent générer certains coûts et comporter des risques, en particulier de liquidité, de taux d’intérêt, de marché, de crédit, de gestion et le risque qu’une position ne puisse pas être soldée au meilleur moment. Les instruments dérivés liés aux matières premières peuvent comporter des coûts et des risques additionnels provenant par exemple des variations de la volatilité de l’indice de référence ou de facteurs affectant une matière première ou un secteur en particulier, comme la sécheresse, les inondations, les intempéries, les épizooties, les embargos, les droits de douane et les événements politiques, économiques ou réglementaires à l’échelle internationale. Investir dans les instruments dérivés peut se traduire par une perte plus importante que le montant investi. La diversification ne garantit pas contre une perte.

Les prévisions, les estimations et certaines informations contenues aux présentes sont basées sur des recherches exclusives et ne doivent pas être considérées comme des conseils en matière de placement ou des recommandations relatives à une stratégie particulière de titres ou de produits de placement. Les prévisions et les estimations comportent des limites inhérentes et, contrairement aux rendements réels, elles ne tiennent pas compte de l’activité de négociation, des contraintes de liquidité et des autres coûts. De plus, les références à des résultats futurs ne doivent pas être considérées comme des estimations ou des promesses concernant le portefeuille d'un client.

Les opinions formulées à propos des tendances des marchés financiers ou des stratégies des portefeuilles sont basées sur la conjoncture, laquelle évolue. Il n’existe aucune garantie que ces stratégies de placement seront efficaces dans toutes les conjonctures ou qu'elles seront adaptées à tous les investisseurs. Chaque investisseur devrait examiner sa capacité à investir à long terme, même en période baissière sur les marchés. Les hypothèses et les perspectives de rendement peuvent changer sans préavis.

L’impact à long terme de la COVID-19 sur les marchés des instruments de crédit et sur l’économie mondiale demeure incertain, car il dépend de l’évolution de plusieurs facteurs comme le développement de traitements, les actions des pouvoirs publics et les aspects économiques. Les opinions exprimées s’entendent à la date de l’enregistrement et ne reflètent pas les récents événements boursiers.

Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice non géré.