Blog

Conclusions de nos perspectives cycliques : Anti‑Boucles d’or

De sérieuses incertitudes brouillent l’horizon, l’économie mondiale faisant face à un choc négatif de croissance qui risque en plus d’entretenir l’inflation. Les risques de récession ont augmenté.

L’invasion russe de l’Ukraine, les sanctions imposées en réponse et les fluctuations des marchés de matières premières viennent exacerber des incertitudes économiques et boursières qui étaient déjà significatives avant le déclenchement de cette guerre affreuse.

Dans nos perspectives cycliques de mars 2022 intitulées «Anti-Boucles d’or», nous évoquons une grande diversité de scénarios envisageables, ainsi que les changements de régime qui pourraient à notre avis survenir de façon abrupte et non linéaire sur les marchés financiers comme dans l’économie.

Perspectives économiques : un contexte d’incertitudes radicales

Malgré de nombreuses inconnues, nous avons conclu nos perspectives cycliques des six à douze prochains mois par cinq points essentiels qui nous paraissent les plus pertinents pour les investisseurs à ce stade. (Voici trois conclusions ci-dessous. Les autres figurent dans le document à votre disposition.)

1) Une économie «anti-Boucles d’or» – Les pouvoirs publics se retrouvent face à une économie mondiale en situation de stagflation, avec un choc négatif de croissance et une prolongation de l’inflation. Précisons que cette «économie anti-Boucles d’or», c’est-à-dire caractérisée par une inflation échauffée et une croissance refroidie, ne constitue pas notre scénario de référence, lequel table toujours sur une croissance supérieure à la moyenne et une diminution progressive des pressions inflationnistes depuis les pics enregistrés généralement sur les marchés développés. Toutefois, ces risques d’inflation soutenue et de croissance faible, voire de récession, ont augmenté.

2) Une croissance non linéaire et une priorité vraisemblable à la lutte contre l’inflation – Les perspectives de croissance et d’inflation sont assombries par de potentiels chocs découlant de conditions initiales déjà fragiles. La chaîne d’approvisionnement souffre encore de perturbations généralisées causées par la pandémie, le tout pesant sur la production et tirant à la hausse les coûts et les prix dans de nombreux secteurs d’activité. La guerre en Ukraine et les sanctions économiques imposées en conséquence ont créé de nouvelles perturbations. De plus, les récents confinements causés par la COVID dans certaines régions de la Chine risquent de créer de nouveaux goulets d’étranglement.

3) Un choc asymétrique exacerbant les divergences – La guerre en Ukraine exacerbera probablement la dispersion des indicateurs économiques et de l’inflation d’une région et d’un pays à l’autre. L’Europe risque de souffrir le plus de la situation. De son côté, l’économie américaine paraît relativement isolée des effets directs de la guerre en Ukraine. La Chine et la plupart des autres pays de l’Asie ont moins de relations économiques directes avec la Russie, mais seront également affectés par la hausse des prix de l’énergie, la baisse des recettes touristiques en provenance de Russie et le ralentissement de la croissance en Europe. Sur les marchés émergents, les exportateurs de matières premières devraient tirer leur épingle du jeu, même si la hausse des prix aura tendance à accentuer localement des pressions inflationnistes déjà soutenues dans la plupart des pays. 

Enjeux au niveau des placements

Dans ce contexte délicat et incertain, notre stratégie d’investissement consistera en grande partie à privilégier la flexibilité du portefeuille ainsi que sa liquidité afin de réagir aux événements et tirer potentiellement profit des occasions qui se présentent. 

Durée

En matière de variation des taux d’intérêt, nous prévoyons conserver une sensibilité légèrement inférieure à celle de l’indice compte tenu du niveau actuel et des risques de hausse de l’inflation ainsi que des perspectives de resserrement monétaire complémentaire.

Nous prévoyons réduire notre exposition à la courbe maintenant qu’un vaste cycle de resserrement s’est amorcé à l’échelle mondiale. À notre avis les bons du Trésor américain indexés à l’inflation (« TIPS ») demeurent attrayants comme couverture d’une hausse du risque d’inflation.

Crédit

Le positionnement des portefeuilles sur les marchés de crédit doit privilégier la résilience, la liquidité et la protection du capital dans l’expectative d’une grande diversité de scénarios. Nous visons une pondération des instruments de crédit de sociétés génériques inférieures à celle de l’indice, car à notre avis plusieurs segments des marchés titrisés offrent une qualité de crédit supérieure ou des alternatives moins vulnérables aux défaillances que les obligations de sociétés. Parmi ces dernières, nous prévoyons continuer de favoriser le secteur financier et les émissions de premier rang. Parmi les instruments de crédit, nous conserverons vraisemblablement une prédilection pour les États-Unis, au détriment de l’Europe et des marchés émergents.

Devises et marchés émergents

Lorsque ces positions à risque répondent aux lignes directrices et attentes de nos clients, nous comptons surpondérer certaines devises du G-10 et des marchés émergents (par rapport au dollar américain et à l’euro) en privilégiant le bêta des matières premières et les valorisations les moins onéreuses. Nous conserverons des positions limitées en taille dans ce contexte incertain. De façon générale, nous comptons conserver une exposition limitée aux marchés émergents, tout en continuant à rechercher des occasions attrayantes dans ce contexte délicat.

Matières premières

Compte tenu de l’importance de l’énergie dans les coûts de production d’autres matières premières, l’inflation généralisée causée par les événements en Ukraine mènera potentiellement à une hausse significative des prix, les acheteurs de matières premières souhaitant largement réduire leur dépendance aux exportations russes. Les matières premières peuvent en outre servir à atténuer les risques d’inflation, malgré des valeurs nettes qui atteignent des niveaux rarement vus.

Actions

Nous visons un positionnement généralement neutre pour le risque général de bêta des actions dans nos portefeuilles à répartition de l’actif. Le cycle évolue maintenant clairement dans ses dernières phases, avec une croissance sous-jacente toujours vigoureuse, mais de plus en plus vulnérable au risque de baisse. Le contexte actuel favorise les émetteurs peu cycliques et de qualité à notre avis. Nous tenons à conserver des munitions dans nos portefeuilles à répartition de l’actif et à revenu fixe, afin de pouvoir tirer parti des dislocations qui se produiront sur les marchés boursiers.

Pour davantage de précisions sur nos perspectives économiques mondiales pour l’an prochain et leurs incidences sur les placements, veuillez lire l’intégralité de nos perspectives cycliques, «Anti-Boucles d’or»

Joachim Fels est le conseiller économique mondial et Andrew Balls est CIO, Revenu fixe mondial, chez PIMCO.

L'auteur

Joachim Fels

Conseiller économique mondial

Andrew Balls

CIO mondial des placements en titres à revenu fixe

Articles liés

Perspectives Séculaire
Reaching for Resilience

Recherche de résilience

La volatilité, l’inflation et les tensions géopolitiques ont incité les gouvernements comme les entreprises à adopter un positionnement défensif. Nous encourageons les investisseurs à améliorer la résistance de leur portefeuille dans ce monde fragmenté et à tenir compte des risques ainsi que des occasions que nous entrevoyons pour les cinq prochaines années.

Déclarations

Toronto
Corporation PIMCO Canada
199 rue Bay, bureau 2050,
Commerce Court Station
P.O. Box 363
CP 363, Toronto, ON, M5L 1G2,
416.368.3350

PIMCO Canada Corp. (199 rue Bay, bureau 2050, Commerce Court Station, CP 363, Toronto, ON, M5L 1G2) pourrait n’offrir ses services et produits que dans certaines provinces ou dans certains territoires du Canada et uniquement par l’intermédiaire de courtiers autorisés à cette fin. | PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux États-Unis et ailleurs. ©2021, PIMCO.

Tous les placements comportent un risque et peuvent perdre de la valeur. Investir sur le marché obligataire comporte certains risques, y compris des risques associés au marché, aux taux d’intérêt, aux émetteurs, à la solvabilité de l'émetteur, à l'inflation et à la liquidité. La valeur de la plupart des fonds et stratégies obligataires est affectée par les fluctuations des taux d'intérêt. Les obligations et stratégies obligataires ayant des durées plus longues tendent à être plus sensibles et plus volatiles que celles ayant des durées plus courtes. En général, le cours des obligations baisse lorsque les taux d'intérêt montent et le contexte actuel de taux faibles augmente ce risque. Les réductions actuelles des capacités des contreparties obligataires pourraient contribuer à diminuer la liquidité du marché et à en augmenter la volatilité. La valeur de rachat des placements en obligations peut être inférieure ou supérieure à leur valeur originale. Les matières premières sont exposées à des risques plus élevés, notamment des risques politiques, réglementaires, liés au marché ou aux conditions naturelles. La valeur des actions peut diminuer en raison de la conjoncture sectorielle, économique ou boursière, perçue ou réelle. L'investissement dans des titres libellés en devise étrangère et/ou domiciliés à l'étranger peut entraîner des risques plus élevés en raison des fluctuations de change et des risques économiques et politiques potentiellement plus élevés dans les marchés émergents. Les taux de change peuvent fluctuer de façon significative durant de courtes périodes et peuvent diminuer les rendements d'un portefeuille. Les titres adossés à des crédits hypothécaires ou à des actifs peuvent s’avérer sensibles aux variations de taux d’intérêt ou au risque de remboursement anticipé et, même s’ils sont généralement soutenus par un gouvernement, un organisme public, ou un garant privé, il n’y a aucune assurance que celui-ci pourra respecter ses obligations. Les obligations indexées sur l'inflation (OII) émises par un gouvernement sont des titres à revenu fixe dont la valeur de remboursement est ajustée périodiquement en fonction du taux d'inflation. Les OII perdent de la valeur lorsque les taux d'intérêt réels augmentent. Les bons du Trésor protégés contre l’inflation (TIPS) sont des obligations indexées à l'inflation émises par le gouvernement américain. Le risque de gestion représente la possibilité que les techniques de placement et les analyses de risques appliquées par un gestionnaire de placements actif ne produisent pas les effets escomptés et que certaines politiques ou certains événements limitent la disponibilité des instruments employés par celui-ci dans la gestion de la stratégie.

Le bêtaconstitue une mesure de la sensibilité des cours aux fluctuations du marché. Le bêta du marché s'élève à 1. La qualité de crédit d'un titre ou d'un groupe de titres ne garantit en rien la stabilité ou la protection du portefeuille dont ils font partie.

Le rendement s’entend du taux d’intérêt obtenu en détenant les titres sous-jacents. La qualité de crédit d'un titre ou d'un groupe de titres ne garantit en rien la stabilité ou la protection du portefeuille dont ils font partie.

Aux présentes, les termes « abordable » et « onéreux » s’entendent d’un titre ou d’une catégorie d’actif que l’on peut considérer comme nettement sous/surévalué par rapport à sa moyenne historique et aux anticipations du gestionnaire. Aucune garantie n’est donnée concernant l’obtention de résultats futurs, de gains ou de protection contre des pertes éventuelles grâce à la valorisation d'un titre.

Les prévisions, les estimations et certaines informations contenues aux présentes sont basées sur des recherches exclusives et ne doivent pas être considérées comme des conseils en matière de placement ou des recommandations relatives à une stratégie particulière de titres ou de produits de placement. Les prévisions et les estimations comportent des limites inhérentes et, contrairement aux rendements réels, elles ne tiennent pas compte de l’activité de négociation, des contraintes de liquidité et des autres coûts. De plus, les références à des résultats futurs ne doivent pas être considérées comme des estimations ou des promesses concernant le portefeuille d'un client.

Les opinions formulées à propos des tendances des marchés financiers ou des stratégies des portefeuilles sont basées sur la conjoncture, laquelle évolue. Il n’existe aucune garantie que ces stratégies de placement seront efficaces dans toutes les conjonctures ou qu’elles seront adaptées à tous les investisseurs. Chaque investisseur devrait examiner sa capacité à investir à long terme, même en période baissière sur les marchés. Les investisseurs devaient consulter leur conseiller en placement avant de prendre une décision de placement. Les hypothèses et perspectives de rendement peuvent changer sans préavis.

PIMCO offre de façon générale des services aux institutions, aux intermédiaires financiers et aux investisseurs institutionnels qualifiés. Les investisseurs particuliers devraient communiquer avec leur propre conseiller financier pour déterminer les choix de placement les mieux appropriés à leur situation financière. Ce document contient les opinions du gérant, lesquelles sont sujettes à modification sans notification préalable. Ce document a été distribué à des fins uniquement d’information et ne devrait pas être considéré comme un conseil de placement ni comme une recommandation à propos d’un titre, d’une stratégie ou d’une solution de placement en particulier. Les informations contenues aux présentes proviennent de sources considérées comme fiables, mais ne sont pas garanties. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sous aucune forme ni utilisée comme référence dans une autre publication, sans permission écrite expresse. PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux États-Unis et ailleurs. ©2022, PIMCO.