Points de vue

Réévaluer les stratégies à court terme dans un contexte de recalibrage du marché : liquidité, Libor et Réserve fédérale

Après la forte correction du mois de mars, des opportunités se sont présentées aux épargnants et investisseurs à court terme.

Les actifs à revenu fixe à court terme ont subi une correction en mars, les investisseurs cherchant à diminuer leur risque par une recherche indiscriminée de liquidités en réaction à la crise sanitaire mondiale. Jerome Schneider, responsable de la gestion de portefeuille à court terme de PIMCO, analyse les perspectives concernant les actifs à court terme à la lumière des récentes mesures de soutien annoncées par la Réserve fédérale et décrit dans quelle mesure une éventuelle résurgence de la COVID 19 pourrait rejaillir sur les marchés des liquidités et le Libor (le taux interbancaire offert à Londres, une référence pour des billions de dollars d'instruments financiers).

Q : Les marchés ont été durement touchés au premier trimestre, ceux à court terme ne faisant pas exception. Un tel épisode peut-il se reproduire en cas de résurgence de la COVID-19 ou les interventions de la Réserve fédérale ont-elles suffi pour stabiliser la liquidité?

R : Les préoccupations suscitées à l'égard des actifs à risque dans les premiers jours de la mise à l'arrêt de l'économie à l'échelle mondiale, mi-mars, ont déclenché un repositionnement défensif et une ruée vers les liquidités. Contrairement à la crise financière mondiale, les récentes tensions ont été causées par des inquiétudes concernant les liquidités en tant que telles, mais pas la solvabilité du système financier. Les marchés monétaires et d'actifs à durée courte se sont donc retrouvés en plein cœur de la tourmente. Les capitaux des investisseurs en dollars US sur les marchés à court terme ont déferlé comme jamais vers les instruments du marché monétaire émis par le gouvernement américain, au détriment des fonds investissant dans des émetteurs de qualité inférieure qui peuvent s'exposer à un risque de crédit et ont été subséquemment forcés de revendre leurs actifs afin de maintenir leur position obligatoire de trésorerie. Le manque d'appétit pour les nouvelles émissions d'instruments de crédit (bancaires et financières) et les ventes précipitées d’actifs à court terme, notamment le papier commercial du secteur financier et les certificats de dépôt, ont propulsé les écarts de crédit et les rendements absolus à la hausse relativement aux taux sans risque, tels que ceux des fonds fédéraux et des swaps ou financement garantis au jour le jour (« overnight Index Swap » ou OIS et « Secured Overnight Financing Rate » ou SOFR respectivement). Reflétant les tensions sur les marchés monétaires, l’aversion au risque des investisseurs et la demande accrue de liquidités, le Libor – l'indice de référence de nombreux instruments indexés aux marchés du crédit – a creusé l'écart par rapport au taux de rendement de ces OIS (pour atteindre notamment 138 points de base le 31 mars) et SOFR.

Les efforts des institutions financières pour obtenir des capitaux durant cette période de tensions ont été laborieux. Même si les banques ont offert du papier commercial moyennant des écarts historiquement élevés de plus de 100 points de base par rapport au Libor afin d’attirer les investisseurs, l'absence de demande, quelle que soit la prime offerte, a causé une chute des nouvelles émissions. La situation du marché secondaire ne valait guère mieux où les certificats de dépôts de qualité élevée se trouvaient en position délicate puisque les courtiers conservaient jalousement leurs liquidités. Les conditions du crédit n’ont commencé à se stabiliser et à se détendre que lorsque le Conseil de la Réserve fédérale de New York a volé au secours des marchés avec la facilité de liquidité des fonds communs de placement du marché monétaire (« MMLF ») et la facilité de financement de billets de trésorerie (« CPFF »)1 de première catégorie (voir graphique).

L'écart entre le papier commercial et le Libor sur la portion à trois mois est passé de quasiment zéro au début du mois de mars à plus de 120 points de base dans les derniers jours, les investisseurs se ruant vers les liquidités en diminuant le plus possible leur risque. Les écarts se sont quelque peu resserrés depuis, puisque la Réserve fédérale a annoncé le 23 mars un éventail de programmes visant à injecter des liquidités directement sur les segments des marchés monétaires affectés.    

Ces interventions ont contribué à restaurer la stabilité, alors que des mesures complémentaires de soutien aux marchés d'instruments de crédit à court terme étaient également mises de l'avant. La MMLF a permis aux fonds d'obligations de sociétés à la recherche active de liquidités de mettre la tête hors de l'eau, une disposition surprenante compte tenu de la réticence des autorités de réglementation à soutenir les fonds de cette catégorie depuis la crise financière mondiale, et de rassurer les investisseurs qui craignaient de voir leurs droits de rachat suspendus en raison de l'érosion des positions de trésorerie.

Les programmes de prêts annoncés par la Réserve fédérale ont également contribué à restaurer la confiance, fortement mise à mal au mois de mars, par un large soutien aux marchés de liquidités et d’instruments de crédit et à amorcer un retour vers la normalité. La banque centrale a de plus démontré sa ferme intention de soutenir l'économie à moyen terme durant sa phase de récupération de la crise de la COVID-19, ses dirigeants ne cachant pas leur opinion favorable des mesures d'urgence. Son vice-président, Richard Clarida, a rappelé aux investisseurs dans une récente entrevue à l'antenne de CNBC que la Réserve fédérale « demeurerait interventionniste, proactive et dynamique » dans sa lutte contre les facteurs de récession tout en disposant de la possibilité de « bonifier les programmes de prêts en fonction des besoins ». Même si la Réserve fédérale se place clairement en alerte pour éviter toute reprise de l'incendie, les épargnants et les investisseurs feraient mieux de se garder de toute complaisance dans ce contexte économique en évolution. Ils auraient ainsi tout intérêt à évaluer sérieusement les avantages et inconvénients des différentes répartitions du risque ainsi que le coût lié à sa disparition totale en se tournant en totalité vers les fonds monétaires.

Q : Comment se déroule la reprise sur les marchés à court terme? Quelles sont les perspectives?

R : Les marchés à court terme ont amorcé une stabilisation. Néanmoins, la liquidité demeure minimale et les écarts de crédit restent élevés ainsi que sensibles aux conséquences économiques du virus comme aux difficultés posées par le fonctionnement quotidien des marchés. Cet aspect affecte également la liquidité, puisque la plupart des courtiers et des institutions bancaires continuent leurs activités dans les conditions moins efficaces de télétravail. Les marchés d’instruments de crédit pourraient encore baisser en raison de la détérioration des bénéfices des sociétés ou des possibilités de faillite parmi les émetteurs d'instruments de crédit à rendement élevé. Ces inquiétudes concernant les obligations de sociétés persisteront à l'horizon cyclique, malgré la stabilisation des sorties de capitaux des fonds investissant dans la catégorie d'actif. Nous nous attendons à ce que la CPFF constitue un gage de stabilité pour les marchés d’instruments de crédit, offrant un financement de soutien pour les émissions de qualité élevée, principalement financières, et accélère une évolution du Libor favorable à un assouplissement des conditions financières. La révision à la baisse des réinitialisations quotidiennes du taux interbancaire offert à Londres se confirme d’ailleurs depuis plusieurs jours, particulièrement le 24 avril avec un repli de 10 points de base. Les émissions bancaires ont augmenté pour satisfaire la reprise progressive de la demande des fonds d'obligations de sociétés, et les placements de la part des banques ont légèrement diminué abaissant le Libor à trois mois sous la barre des 0,90 % pour la première fois depuis la mi-mars. Les anticipations sur les marchés à terme suggèrent un resserrement complémentaire des écarts avec notamment en juin un Libor-OIS à 0,32 % (32 pdb), par rapport à 0,76 % (76 pdb) au comptant. En d'autres termes, les investisseurs s'attendent à ce que la portion à court terme du marché des instruments de crédit converge au cours des prochaines semaines vers des niveaux antérieurs à la crise.

Nous nous attendons à ce que le Libor poursuive son repli du fait du soutien continu procuré par les programmes de prêts de la Réserve fédérale. Dans les faits, une poursuite de la baisse du Libor ne nous surprendrait pas en raison du dynamisme récent observé sur les émissions de papier commercial et de certificats de dépôt. Souvenons-nous que le Libor reste avant tout un indice financier concernant les instruments de crédit.

Il nous semble important de retenir que de nombreux émetteurs non financiers de secteurs fortement cycliques, les plus affectés par la crise, se sont retrouvés sans aucune forme de financement à court terme pour leurs besoins en fonds de roulement, puisqu'aucune mesure de soutien n'a été mise en œuvre pour faciliter l'accès au marché du papier commercial dans des conditions comparables à celles antérieures à l'éclosion de la COVID-19. Cette situation crée une dichotomie sur le marché, entre d'un côté les entités les plus solvables, principalement du secteur financier, qui peuvent continuer à rechercher des financements à court terme moyennant une consolidation des écarts grâce à la MMLF et à la CPFF, et de l'autre, les émetteurs non financiers de seconde catégorie qui continueront à devoir offrir une prime sur leurs émissions à court terme de titres de créance et de papier commercial.

Q : Le contexte révèle-t-il de nouvelles occasions de placement?

R : Les craintes entourant la croissance économique s'accumulant, les investisseurs redoublent de prudence, quel que soit leur marché de prédilection, et continuent d’affecter plus de fonds à des stratégies en espèces. Un retour à un seuil proche de zéro du taux directeur de la Réserve fédérale a suscité une réflexion de notre part sur l'émergence structurelle d'occasions de placement à court terme, puisque malheureusement celui-ci ne contribue pas à rétribuer la cohorte croissante d'investisseurs à la recherche de sécurité et de revenu tout en conservant un positionnement défensif. Comme en 2012, lorsque ce seuil nul avait également été atteint, nous estimons que la meilleure solution consistera à évaluer activement les besoins de liquidité et à répartir la trésorerie entre besoins immédiats et intermédiaires. Les investisseurs à court terme qui disposent d’une trésorerie abondante en raison de leur orientation défensive auraient ainsi intérêt à se tourner vers des catégories d'actif et des stratégies à taux variable, à courte échéance et de qualité élevée, car celles-ci bénéficient normalement de la tendance structurelle favorable de prime élevée sur la liquidité par rapport à la rémunération quasi nulle offerte par les fonds du marché monétaire traditionnels en obligations d'État du fait du niveau des taux directeurs.

Nous estimons que l'important différentiel entre Libor et OIS persistera jusqu'à la fin de l'année, à hauteur de 30 à 40 points de base en moyenne, révélant des occasions relatives de revenu et de rendement global pour les investisseurs à revenu fixe ayant opté pour une répartition du capital défensive. Les placements à échéance courte de qualité élevée pourraient continuer de procurer des taux de rendement nettement supérieurs à 0 %, particulièrement ceux indexés au Libor, pendant encore un certain temps, car la Réserve fédérale et d'autres banques centrales continuent de soutenir les marchés et l'économie dans son ensemble.

PIMCO veillera activement à exploiter les leçons de gestion de portefeuille apprises durant le dernier épisode de taux quasiment nuls, entre 2012 et 2015, pour saisir ces occasions de revenu structurel.

Q : Finalement, comment évoluera le Libor?

R : Cette année devrait marquer le début de la fin pour le taux interbancaire offert à Londres, après la perte de confiance dans les indices traditionnels de taux des instruments de crédit à court terme survenu en 2012, lorsque plusieurs banques contribuant au Libor ont été accusées de manipulation. Depuis, les intervenants sur les marchés ainsi que les autorités de réglementation à l'échelle mondiale ont planché sur des alternatives. De nouveaux indices devraient entrer en vigueur vers la fin de l'année 2021, notamment le taux de financement au jour le jour garanti (« SOFR ») aux États-Unis.

Les perturbations des marchés boursiers liées à la Covid-19 en mars nous ont rappelé que le Libor demeurait une référence pertinente servant notamment de baromètre du prix de la liquidité par rapport au crédit dans le système financier. Néanmoins, ces récentes perturbations boursières ont causé une réaffectation des ressources dédiées à la transition vers le SOFR, et surtout la création d’un programme de prêts aux entreprises (« Main Street Lending Facility » ou MSFL) pour soutenir l’économie a potentiellement remis en cause les intentions de la Réserve fédérale d'abandonner le Libor. Comme souligné dans une récente période de questions et réponses, le désir de la banque centrale américaine de retenir le SOFR comme indice de base pour les prêts pour sa MSFL a déclenché une vive résistance des banques et des emprunteurs à l'échelle régionale, qui estiment ne pas du tout disposer des moyens de calculer ce nouveau taux et préfèrent dans ces conditions conserver les anciennes références, notamment le Libor. Les effets de cette opposition générale et inattendue se sont propagés jusque dans les couloirs de Wall Street et du Eccles building à Washington2. Même si la transition vers le SOFR comme indice principal pour les taux à court terme devrait se poursuivre, les investisseurs continueront de leur côté à rechercher un indice de remplacement représentant les conditions du crédit à court terme.

Veuillez consulter la page de PIMCO « Investir dans une période incertaine » afin d'obtenir nos derniers conseils sur la volatilité boursière et ses implications pour l'économie et les investisseurs.

À LIRE ICI



L'auteur

Jerome M. Schneider

Responsable du département court terme et financement

Afficher le profil

Latest Insights

Articles liés

Déclarations

Toronto
Corporation PIMCO Canada
199 rue Bay, bureau 2050,
Commerce Court Station
P.O. Box 363
CP 363, Toronto, ON, M5L 1G2,
416.368.3350

PIMCO Canada Corp. (199 rue Bay, bureau 2050, Commerce Court Station, CP 363, Toronto, ON, M5L 1G2) pourrait n’offrir ses services et produits que dans certaines provinces ou dans certains territoires du Canada et uniquement par l’intermédiaire de courtiers autorisés à cette fin. | PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux États-Unis et ailleurs. ©2021, PIMCO.

Les opinions formulées à propos des tendances des marchés financiers ou des stratégies des portefeuilles sont basées sur la conjoncture, qui évolue. Il n’existe aucune garantie que ces stratégies de placement seront efficaces dans toutes les conjonctures ou qu'elles seront adaptées à tous les investisseurs. Chaque investisseur devrait examiner sa capacité à investir à long terme, même en période baissière sur les marchés. Les hypothèses et perspectives de rendement peuvent changer sans préavis.

Tous les placements comportent un risque et peuvent perdre de la valeur. Investir sur le marché obligataire comporte certains risques, y compris des risques associés au marché, aux taux d’intérêt, aux émetteurs, à la solvabilité de l'émetteur, à l'inflation et à la liquidité. La valeur de la plupart des fonds et stratégies obligataires est affectée par les fluctuations des taux d'intérêt. Les obligations et stratégies obligataires ayant des durées plus longues tendent à être plus sensibles et plus volatiles que celles ayant des durées plus courtes. En général, le cours des obligations baisse lorsque les taux d'intérêt montent et le contexte actuel de taux faibles augmente ce risque. Les réductions actuelles des capacités des contreparties obligataires pourraient contribuer à diminuer la liquidité du marché et à en augmenter la volatilité. La valeur de rachat des placements en obligations peut être inférieure ou supérieure à leur valeur originale.

Un actif « sans risque » offre en théorie un rendement futur certain. On perçoit les bons du Trésor américain comme l’actif « sans risque » par définition, puisqu'ils bénéficient du soutien du gouvernement des États-Unis. Tous les placements comportent un risque et peuvent perdre de la valeur. Le taux « sans risque » correspond donc au rendement fourni par un placement qui, en théorie, ne présente aucun risque. Tout risque additionnel doit donc normalement faire l'objet d'une rétribution supplémentaire. Tous les placements comportent un risque et peuvent perdre de la valeur.

Ce document a été fourni à la condition expresse que son contenu et les communications (écrites ou orales) auxquelles il se rapporte ne qualifient pas Pacific Investment Management Company LLC ou une société affiliée (collectivement « PIMCO ») comme « investment advice fiduciary » au sens de la Loi sur la sécurité des revenus de retraite des salariés (« ERISA ») ou du Code des impôts des États-Unis, les lecteurs étant pleinement conscients que PIMCO i) n’envisage pas de fournir des conseils en placement impartiaux, d'émettre une recommandation visant l'achat, la détention ou la vente d'un placement, d’agir comme un conseiller impartial ou de donner un avis à titre de fiduciaire et ii) a des intérêts financiers dans l’offre et la vente d’un ou plusieurs produits et services qui leur ont été communiqués et peuvent dépendre d’un certain nombre de facteurs liés aux objectifs internes d’affaires de PIMCO. Ce document a également été fourni après la compréhension par PIMCO que tous ses destinataires disposaient de connaissances financières approfondies leur permettant d’évaluer de façon indépendante les risques de placement généraux et particuliers à certaines transactions ou stratégies d'investissement. Dans le cas contraire, nous vous demandons de nous informer immédiatement. Vous devriez consulter vos conseillers avant toute décision de placement.

Ce document a également été fourni à la condition expresse que son contenu et les communications (écrites ou orales) auxquelles il se rapporte ne qualifient pas PIMCO (ou une société affiliée) comme « investment advice fiduciary » au sens de la Loi sur la sécurité des revenus de retraite des salariés (« ERISA ») ou du Code des impôts des États-Unis à propos d’un régime de retraite collectif ou individuel d’un destinataire, car i) tous ses destinataires sont indépendants de PIMCO et ses sociétés affiliées, et ii) après examen de l’ensemble des faits et circonstances pertinents, ceux-ci ont conclu qu’ils n’avaient aucun intérêt financier, droit de propriété ou autre relation, entente, ou disposition auprès de PIMCO ou de ses sociétés affiliées qui limiterait toute responsabilité fiduciaire qu’un destinataire pourrait avoir à l’égard d’un régime pour lequel ces informations pourraient être utilisées. Dans le cas contraire, ou si vous êtes au courant d’une quelconque relation concernant un destinataire qui compromettrait la capacité de ce dernier à assumer ses responsabilités de façon indépendante à l’égard d’un tel régime, veuillez nous en informer immédiatement.
 
Les renseignements fournis aux présentes ne s’adressent qu’à son destinataire pour les besoins de l’étude des produits ou des services décrits et ne peuvent servir à d’autres fins, notamment personnelles. 

PIMCO offre de façon générale des services aux institutions qualifiées, intermédiaires financiers et investisseurs institutionnels. Les investisseurs particuliers devraient communiquer avec leur propre conseiller financier pour déterminer les choix de placement les mieux appropriés à leur situation financière. Les présentes ne constituent aucunement une offre à qui que ce soit dans les juridictions dans lesquelles elles sont illégales ou non autorisées. | Pacific investment management company LLC, 650 Newport Center Drive, Newport Beach, CA 92660 est soumise à la réglementation de la United States Securities and Exchange Commission. | PIMCO Europe Ltd (société no 2604517) et PIMCO Europe ltée Italie (société no 07533910969) sont agréées par la Financial Financial Conduct Authority (12 Endeavour Square, London E20 1JN) au Royaume-Uni et soumises à sa réglementation. La succursale d’Italie est également agréée par Commissione Nazionale per le Società e la Borsa (CONSOB), conformément à l’article 27 de la loi financière consolidée italienne. Les services fournis par PIMCO Europe Ltd sont offerts uniquement aux clients professionnels, tels qu'ils sont définis dans le manuel (Handbook) de la Financial Services Authority, et non aux investisseurs particuliers qui ne doivent pas se fier à cette communication. | PIMCO Deutschland GmbH (société no 192083, Seidlstr. (n° d'enregistrement 192083, Seidlstr. 24-24a, 80335 Munich, Allemagne), PIMCO Deutschland GmbHet ses succursales italienne (n° d'enregistrement 10005170963), espagnole (N.I.F. W2765338E) est agréée et réglementée par la commission de supervision financière fédérale allemande (BaFin, Marie-Curie-Str.24-28, 60439Frankfurt am Main) en conformité avec la section 32 de la Loi bancaire allemande (KWG). Les succursales italienne et espagnole sont également réglementées par la Commissione Nazionale per le Società e la Borsa (CONSOB) conformément à l'article 27 de la version consolidée de la loi de finances italienne et la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV) conformément aux obligations stipulées aux articles 168 et 203 à 224 ainsi que dans le titre V, chapitre I de la loi espagnole sur les marchés de valeurs mobilières et dans les articles 111, 114 et 117 du décret royal 217/2008. Les services offerts par PIMCO Deutschland GmbH ne sont offerts qu'aux clients professionnels, comme défini dans le paragraphe 67, alinéa 2 de la loi allemande sur les opérations sur titres (WpHG). Ils ne sont pas offerts aux investisseurs individuels, qui ne devraient pas utiliser ce document. | PIMCO (Schweiz) GmbH (société suisse no. CH-020.4.038.582-2), Brandschenkestrasse 41, 8002 Zurich, Switzerland, tel. : +41 44 512 49 10. Les services et produits fournis par PIMCO (Schweiz) GmbH ne sont pas offerts aux investisseurs individuels, lesquels ne devraient pas se fier à ce document, mais communiquer avec leur conseiller financier. | PIMCO Asia Pte Ltd (no. d’inscription 199804652K) est réglementée par la Monetary Authority of Singapore à titre de détenteur d'un permis d'exercice pour ses services sur les marchés de capitaux et de conseiller financier dispensé. Les produits et services de gestion de placement ne sont pas offerts lorsque la législation locale ne l'autorise pas. | PIMCO Asia Limited est enregistrée auprès de la Securities and Futures Commission pour les activités réglementées de type 1, 4 et 9 selon l'ordonnance sur les valeurs mobilières et contrats à terme. PIMCO Asia Limited est enregistré comme gestionnaire de placements discrétionnaires transfrontaliers auprès de la Commission de supervision financière de la Corée (numéro d'inscription 08-02-307). Les produits et services de gestion de placement ne sont pas offerts lorsque la législation locale ne l'autorise pas. | PIMCO Australia Pty Ltd ABN 54 084 280 508, AFSL 246862. Cette publication a été préparée sans tenir compte des objectifs, de la situation financière ou des besoins des investisseurs. Avant de prendre une décision de placement, les investisseurs devraient solliciter un conseil professionnel tout en se demandant si l’information contenue aux présentes répond à leurs objectifs et besoins financiers ou convient à leur situation. | PIMCO Japan Ltd est enregistrée auprès du directeur du bureau financier local de Kanto (à titre de société d'instruments financiers) sous le no 382. PIMCO Japon ltée fait partie de l'Association des conseillers en placement en valeurs mobilières du Japon et de l’Association des fiducies d’investissement du Japon. Tous les placements comportent un risque. La préservation du capital initial et le niveau de rendement ne sont nullement garantis; le placement est exposé à un risque de perte. L'investisseur est exposé à l'intégralité des profits et des pertes. Les montants, montants maximums et méthodes de calcul de chaque type de frais, ainsi que les totaux, dépendent de la stratégie de placement, du statut du placement en matière de rendement, de la période de gestion et de l'encours des actifs en circulation. Ces frais ne peuvent donc pas être indiqués aux présentes. | PIMCO Taiwan Limited est gérée et exploitée indépendamment. Le numéro de référence d’autorisation de la société approuvée par l’autorité compétente est (107) FSC SICE Reg. No.001, 40F., No.68, Sec. 5, Zhongxiao E. Rd., Xinyi Dist., Taipei City 110, Taiwan (R.O.C.), Tel: +886 2 8729-5500. | PIMCO Canada Corp. (199, rue Bay, bureau 2050, Commerce Court Station, 0363, Toronto, Ontario, M5L 1G2) pourrait n'offrir ses services et produits que dans certaines provinces ou dans certains territoires du Canada et uniquement par l'intermédiaire de courtiers autorisés à cette fin. | PIMCO Amérique latine Av. Brigadeiro Faria Lima 3477, Torre A, 5° andar São Paulo, Brazil 04538-133. | Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sous aucune forme ni utilisée comme référence dans une autre publication, sans permission écrite expresse. PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux États-Unis et ailleurs. © 2020, PIMCO.

CMR2020-0511-1180189

Outdoor faucet leaking drop of water
XDismiss Next Article