Blog

Faits saillants de la répartition de l'actif : faire preuve de résilience malgré les incertitudes

Nous livrons dans cette version abrégée de nos perspectives de répartition de l'actif de juillet 2020 le positionnement de nos portefeuilles à actifs multiples à la lumière de notre analyse de l'économie mondiale.

Il s'agit d'une période inédite. Les investisseurs doivent établir leurs portefeuilles en composant avec un contexte de déconnexion apparente entre le prix des actifs et les données de l'économie réelle, ainsi qu’avec une grande incertitude quant à la résolution de la crise sanitaire.

Notre analyse, reprise en détail dans nos perspectives de répartition de l'actif, suggère une valorisation des actifs à risque (actions et instruments de crédit) relativement juste, après prise en compte de la détente monétaire et en supposant une reprise économique progressive. Malgré tout, il existe une exceptionnelle variété de scénarios économiques potentiels pour les 12 prochains mois.

Nous estimons que les investisseurs devraient conserver une exposition modérée au risque dans les portefeuilles à actifs multiples, en privilégiant les sociétés présentant d'excellents vecteurs de croissances thématiques ou séculaires, ainsi qu'un positionnement de nature à générer des bénéfices élevés malgré un contexte macro-économique plutôt morose. La diversification demeure cruciale, mais nécessite actuellement une approche à plusieurs facettes. Le positionnement par rapport à la variation des taux d'intérêt, les actifs réels et les devises peuvent jouent conjointement un rôle fort utile.

En contrepartie de ces incertitudes et de la volatilité qui en découle, des occasions de placement particulièrement attrayantes devraient se matérialiser. Nous estimons effectivement que les prochains trimestres représenteront un contexte idéal pour la gestion active, puisque la cadence et la nature de la reprise rebattront inévitablement les cartes, sonnant le glas de certaines émissions, mais révélant aussi potentiellement une pléthore d'occasions de créer de la valeur par sélection sectorielle et répartition tactique de l'actif. L'établissement des portefeuilles a fait l'objet d'une intense réflexion visant à procurer une diversification efficace ainsi qu'une agilité suffisante pour composer au mieux avec la conjoncture des prochains mois.

Incidences pour les placements

Actions mondiales : l'importante proportion de sociétés de qualité élevée et en croissance justifie notre surpondération des actions américaines, ainsi que de celles du Japon, compte tenu de l'amélioration de leurs caractéristiques sur le plan de la qualité, de valorisations attrayantes et d'une exposition cyclique qui correspond mieux aux secteurs que nous privilégions. En revanche, nous sous-pondérons les actions des marchés émergents et de l'Europe, des régions plus cycliques et donc moins résistantes à un scénario à la baisse.

D'un point de vue sectoriel, nous favorisons les technologies et les soins de santé en raison des innovations en cours. À notre avis, les « sociétés perturbatrices » dans ces deux secteurs ont le potentiel d'enregistrer une croissance élevée de leurs bénéfices dans un environnement économique marqué au contraire par la morosité à l'échelle mondiale.

Instruments de crédit traditionnels : nous préférons les obligations de sociétés de qualité élevée (catégorie d'investissement), car elles procurent à notre avis des rendements ajustés aux risques attrayants dans de nombreux scénarios de reprise, demeurant toutefois prudents à l'égard des émetteurs fortement endettés. Nous entrevoyons également des occasions parmi les émissions garanties financières et les capitaux bancaires, ainsi qu'en instruments de crédit à rendement élevé notés BB d'émetteurs non cycliques.

En ce qui concerne les autres secteurs des marchés du crédit, nous surpondérons les titres adossés à des créances hypothécaires garantis (TACH). Les titres garantis à flux identiques semblent présenter des valorisations attrayantes et tendent à bénéficier du soutien monétaire actuellement à l’œuvre. Ils permettent également d'améliorer la qualité du crédit en portefeuille tout en offrant un rendement similaire et une meilleure liquidité. Nous favorisons de plus les émissions périphériques de l'Europe en raison des écarts actuels et de nos anticipations d’une poursuite du soutien monétaire en cours.

Instruments de crédit non traditionnels : les ruptures constatées dans d'autres segments des marchés du crédit ont créé des occasions attrayantes sur le plan risque/rendement.

Nous continuons de dénicher de la valeur sur les marchés du crédit structuré, particulièrement parmi les titres garantis de catégorie AAA adossés à des actifs diversifiés, tels que des créances hypothécaires (TACH) dans les secteurs résidentiels et commerciaux ou des prêts (TACP). Les TACH existants non garantis demeurent attrayants du point de vue des valorisations à la lumière de données fondamentales encourageantes du marché américain du logement.

Sur les marchés émergents (ME), nous privilégions les titres de créance externe aux autres catégories d'actif comme les actions, les devises et les créances en monnaie locale des ME, lesquelles restent plus susceptibles de fortement fluctuer en fonction de la croissance économique.

Dette privée : les marchés privés montrent des signes de tension plus tardivement que ceux négociés en bourse. Nous commençons à entrevoir des occasions attrayantes dans des segments notamment en TACH commerciaux et prêts privés. À notre avis, les cours continueront de varier largement sur les différents marchés de dette privée au cours des 12 prochains mois pour refléter la détérioration de la conjoncture économique et la baisse de concurrence chez les prêteurs. De plus, certaines sociétés jusqu'à présent en mesure d'accéder aux sources traditionnelles de financement pourraient devoir se tourner vers les capitaux privés.

Nous estimons que l'importance des stratégies basées sur les opportunités augmentera au cours des prochaines années dans de nombreux portefeuilles, les investisseurs cherchant à atteindre des objectifs de rendement à long terme.

Diversification du portefeuille : cette composante d'atténuation du risque exige une approche nuancée en ce moment, tout comme pour les positions procycliques d'un portefeuille à actifs multiples. Plutôt que de miser exclusivement sur la sensibilité à la variation des taux d'intérêt, les investisseurs devraient à notre avis multiplier les stratégies offrant de la résistance aux vents contraires, par exposition aux actifs bénéficiant actuellement du soutien explicite ou implicite des pouvoirs publics, aux devises sans risque, ainsi qu'aux actifs et aux stratégies alternatives.

Bien que les primes de terme demeurent généralement faibles, nous privilégions les États-Unis et l'Australie en raison de taux de rendement supérieurs et de la marge de manœuvre ainsi disponible à la baisse dans l'éventualité d'une ruée vers la qualité. Simultanément, nous estimons qu'un positionnement bien diversifié et ciblé à l'égard de la variation des taux d'intérêt doit comprendre d'autres actifs destinés à atténuer le risque.

Les occasions de placement peuvent se composer de devises sans risque, comme le yen japonais et le franc suisse, d'actifs de qualité élevée soutenus par les politiques monétaires, tels que des TACH garantis et des obligations de sociétés de catégorie d'investissement notées AA ou AAA, ainsi que de stratégies alternatives de diversification. Les investisseurs peuvent également se tourner vers l'or qui résiste généralement bien aux perturbations et qui a constitué une diversification efficace au cours de nombreuses récessions ou périodes de fortes incertitudes macro-économiques.

Erin Browne, managing director et gestionnaire de portefeuille au bureau de Newport Beach, se concentre sur les stratégies à actifs multiples. Geraldine Sundstrom, managing director et gestionnaire de portefeuille au bureau de Londres, se concentre sur les stratégies de répartition de l’actif.

L'auteur

Erin Browne

Portfolio Manager, Multi-Asset Strategies

Geraldine Sundstrom

Gestionnaire de portefeuilles

Articles liés

Déclarations

Toronto
Corporation PIMCO Canada
199 rue Bay, bureau 2050,
Commerce Court Station
P.O. Box 363
CP 363, Toronto, ON, M5L 1G2,
416.368.3350

PIMCO Canada Corp. (199 rue Bay, bureau 2050, Commerce Court Station, CP 363, Toronto, ON, M5L 1G2) pourrait n’offrir ses services et produits que dans certaines provinces ou dans certains territoires du Canada et uniquement par l’intermédiaire de courtiers autorisés à cette fin. | PIMCO est une marque d’Allianz Asset Management of America L.P. aux États-Unis et ailleurs. ©2021, PIMCO.

Les rendements passés ne constituent pas une garantie ou un indicateur fiable des résultats futurs.

Tous les placements comportent un risque et peuvent perdre de la valeur. Investir sur le marché obligataire comporte certains risques, y compris des risques associés au marché, aux taux d’intérêt, aux émetteurs, à la solvabilité de l'émetteur, à l'inflation et à la liquidité. La valeur de la plupart des fonds et stratégies obligataires est affectée par les fluctuations des taux d'intérêt. Les obligations et stratégies obligataires ayant des durées plus longues tendent à être plus sensibles et plus volatiles que celles ayant des durées plus courtes. En général, le cours des obligations baisse lorsque les taux d'intérêt montent et le contexte actuel de taux faibles augmente ce risque. Les réductions actuelles des capacités des contreparties obligataires pourraient contribuer à diminuer la liquidité du marché et à en augmenter la volatilité. La valeur de rachat des placements en obligations peut être inférieure ou supérieure à leur valeur originale. La valeur des actions peut diminuer en raison de la conjoncture sectorielle, économique ou boursière, perçue ou réelle. Les titres adossés à des crédits hypothécaires ou à des actifs peuvent s’avérer sensibles aux variations de taux d’intérêt ou au risque de remboursement anticipé et, même s’ils sont généralement soutenus par un gouvernement, un organisme public, ou un garant privé, il n’y a aucune assurance que celui-ci pourra respecter ses obligations. Les taux de change peuvent fluctuer de façon significative durant de courtes périodes et peser sur les rendements d'un portefeuille. Les stratégies de placements privés impliquent un niveau de risque élevé et les investisseurs potentiels sont informés qu’ils doivent détenir des moyens financiers suffisants pour ne pas avoir nécessairement besoin des liquidités investies et pour assumer les risques économiques, notamment la possibilité de perte totale. La diversification ne constitue pas une garantie contre les pertes.

La qualité de crédit d'un titre ou d'un groupe de titres ne garantit en rien la stabilité ou la protection du portefeuille dont ils font partie. Les notes de crédit des émissions/émetteurs sont fournies afin d'indiquer la solvabilité de cet(te) émission/émetteur et se situent généralement entre AAA, Aaa ou AAA (haut de la fourchette) et D, C ou D (bas de la fourchette) pour S&P, Moody's et Fitch respectivement.

Le risque de gestion représente la possibilité que les techniques de placement et les analyses de risques appliquées par un gestionnaire de placements actif ne produisent pas les effets escomptés et que certaines politiques ou certains événements limitent la disponibilité des instruments employés par celui-ci dans la gestion de la stratégie.

Rien ne permet de garantir que ces stratégies d’investissement fonctionneront dans toutes les situations du marché ni qu’elles ne conviendront à tous les investisseurs. Chaque investisseur doit évaluer sa capacité à investir dans une optique à long terme, surtout en période de repli du marché. Les investisseurs devraient consulter leur conseiller financier avant de prendre une décision de placement.

Les prévisions, estimations et certaines informations contenues aux présentes sont basées sur des recherches exclusives et ne doivent pas être considérées comme des conseils en matière de placement ou des recommandations relatives à une stratégie particulière de titres ou de produits de placement. Les prévisions et les estimations comportent des limites inhérentes et, contrairement aux rendements réels, elles ne tiennent pas compte de l’activité de négociation, des contraintes de liquidité et des autres coûts. De plus, les références à des résultats futurs ne doivent pas être considérées comme des estimations ou des promesses concernant le portefeuille d'un client.

XDismiss Next Article